Aujourd’hui, nous vous présentons Justine Martin, auteure du roman Une vie de voyages (Parution le 10 juin 2021).

– Bonjour Justine, votre premier roman, Une vie de voyages, sort le 10 juin 2021. Qu’est-ce que cet événement représente pour vous ?

C’est la réalisation d’un rêve, j’ai toujours souhaité écrire un livre ! Quand j’ai envoyé le dernier chapitre d’Une vie de voyages à l’éditrice des éditions Kaplume, j’ai eu l’impression de me séparer des personnages que j’avais créés pendant un an. Tandis que je les remodelais, je me retrouvais en eux et vivais dans leur quotidien… Je me suis demandé ce que j’allais faire de mon temps libre. J’avais peur de m’ennuyer… Finalement, le 10 juin est comme un accouchement “programmé”. Une vie de voyages a germé pendant un an et il est désormais temps pour moi de le laisser s’en aller vers les lecteurs… 

– Vous avez écrit ce roman en un mois lors du premier confinement, que retenez-vous de cette expérience ? Est-ce juste de parler “d’écriture intuitive” ? 

Cette période à été très forte pour moi, j’ai vécu quelque chose d’extraordinaire. J’ai commencé à écrire mon livre sans avoir fait aucun plan préalable, et je ne sais pas d’où est sortie toute cette inspiration ! L’intrigue et les péripéties se sont enchaînées naturellement, les personnages se sont créés sans que je ne prévois rien… Je me réveillais parfois la nuit avec des flashs sur ce que je devais écrire. Alors je pense qu’on peut en effet parler d’écriture intuitive. J’allais régulièrement au bord du Lac Léman, j’étais inspirée par un oiseau, un arbre, une musique… Cela se ressent dans Une vie de voyages, les cinq sens sont souvent décrits. L’écriture s’est tout simplement manifestée comme un besoin naturel et instinctif. Je n’ai connu aucun syndrome de la page blanche. La méditation m’a aussi beaucoup accompagnée ! 

– En mars 2020, les mots ont-ils été un moyen de vous échapper, de contourner les restrictions qui nous étaient imposées ?

L’expérience du confinement a progressivement laissé place au calme, au silence et à l’introspection… Je me suis recentrée sur moi-même, sans aucune distraction ou sollicitation extérieure, car je n’ai ni internet, ni la télévision. J’avais envie d’écrire depuis plusieurs années, mais je n’avais jamais trouvé le temps… Le premier confinement a donc été pour moi l’occasion de me plonger dans l’écriture et d’ouvrir les portes de mon imaginaire. Un jour, je me suis installée devant mon ordinateur et tout est sorti… J’ai revisité des lieux qui m’étaient chers, j’ai voyagé en étant confinée et j’ai ainsi (re)vécu des moments magiques à travers la création de mes personnages !

– Votre titre est une promesse d’évasion… Que diriez-vous aux lecteurs pour qu’ils emportent Une vie de voyages dans leur valise cet été ?! 

Une vie de voyages est un livre dans lequel tout le monde peut se retrouver ! C’est une histoire qui se passe en été et qui fait du bien, une lecture joyeuse, lumineuse et gaie… Mes personnages se rendent au bord du lac Léman et dans les montagnes, mais également au bord de la mer, en Ardèche, en Italie… C’est aussi l’histoire d’une belle rencontre, que chacun peut faire au cours de ses propres vacances ! Enfin, Une vie de voyages ouvre les yeux sur la beauté des choses qui nous entourent et les plaisirs simples que peuvent être la caresse du vent, le chant des oiseaux, un pied dans l’eau… Je voudrais dire au lecteur de se laisser bercer par la vie et le lâcher-prise le temps de quelques pages. 

– Si la couverture, très lumineuse, du roman Une vie de voyages faisait écho à un seul passage de votre livre, quel serait-il ? 

Cette question est très compliquée… Si je devais choisir un seul passage du livre, ce serait la rencontre entre Capucine et l’auto-stoppeur, Luis, dans la deuxième partie du livre. Elle a lieu dans le van turquoise et symbolise la joie, la spontanéité, l’aventure et l’inattendu… 

– La nature occupe une place prépondérante dans votre récit, quel lien entretenez-vous avec elle ? Et avec le voyage ?

Je vis au bord du Lac Léman, endroit où j’ai écrit mon livre. À mes yeux, la nature est un besoin, une évidence. Je l’explore durant toutes les saisons : en été pendant les randonnées, en hiver sur des skis… Même dans mes habitudes de vie et mes convictions éthiques et personnelles, le lien à l’environnement est prépondérant : je suis végétarienne et me soucie beaucoup de la souffrance animale, j’ai une démarche de consommation zéro déchet… Quant au voyage, c’est ma passion. Je travaille pour voyager et parcourir le monde. La destination qui m’a le plus marquée était l’Asie, je l’évoque dans Une vie de voyages, cela m’a fait prendre conscience de la chance que l’on a de vivre dans de “bonnes” conditions de vie. J’aime aussi découvrir notre France incroyable, belle et différente d’un département à l’autre… 

– Vous travaillez au sein d’une clinique de neurologie, pneumologie et traumatologie. En quoi votre travail a-t-il influencé votre écriture ? 

J’ai passé un diplôme sur les troubles du comportement alimentaire avec une approche psychologique et comportementale. Dans mon métier, j’aide mes patients, souvent des femmes, à prendre du recul sur leurs habitudes alimentaires et à comprendre pourquoi et comment ils mangent… C’est souvent l’occasion de parler de certains traumatismes de vie, et ces moments-là sont extrêmement riches en émotions. Mes patientes ont eu une grande influence sur mon livre, parce qu’elles ont des histoires de vie parfois très compliquées. Et elles sont fortes, ces femmes. Grâce à elles, c’est comme si je vivais plusieurs vies. C’est ainsi que j’aborde dans mon roman le désir d’adoption de Zoé… Mon travail a donc influencé l’écriture d’Une vie de voyages, dans la description et le partage des émotions de mes personnages, dans ce désir d’aider l’autre et de le porter, dans la bienveillance…

– Finalement, pourquoi avez-vous choisi les éditions Kaplume pour la publication de ce roman et quelle est votre plus belle expérience au sein de cette maison d’édition ?

Je me rappelle encore du jour où j’ai découvert Kaplume sur Instagram et où j’ai pris contact avec Julie, l’éditrice. Il y avait cet instinct en moi qui m’attirait vers la maison Kaplume… Sans hésitation, ma plus belle expérience lors de cette aventure éditoriale a eu lieu le 10 juin 2020, lorsque Julie m’a appelée et que nous sommes restées au moins une heure au téléphone. Je ne la connaissais pas encore, c’était le premier contact que j’avais avec quelqu’un du milieu de l’édition à propos de mon livre, et il y a tout de suite eu un feeling et une complicité entre nous. Nous avions la même façon de penser… J’ai eu des réponses positives de la part d’autres maisons d’édition, mais elles ne me proposaient pas de relecture éditoriale. Or, j’avais justement besoin d’apprendre ! Je ne me considérais pas encore assez expérimentée dans l’écriture, et Julie m’offrait l’opportunité de progresser… J’ai vu dans Kaplume la promesse d’une belle aventure humaine. Nous allions pouvoir faire progresser mon livre et le rendre encore meilleur ! La simplicité de Kaplume m’a séduite. Sans parler du fait que mon livre correspondait parfaitement à la ligne éditoriale du voyage intérieur et extérieur…

– Avez-vous quelque chose à ajouter ? Un secret pour les lecteurs… Merci ! 🙂 

Je vis un rêve depuis un an. J’y ai cru l’année dernière en envoyant mon livre, et je dirais qu’il faut toujours croire en ses rêves, même si cela peut paraître, parfois, utopiste. Il faut se lancer, avoir confiance en soi et en la vie, se servir de ses peurs comme d’une impulsion. On a qu’une vie et il nous appartient de tout tenter pour la vivre pleinement. Alors, allez-y, foncez !

 

Commandez Une vie de voyages dans la boutique en ligne Kaplume !

Merci et bravo à Justine,

L’équipe Kaplume